Le meilleur comme le pire

Après avoir découvert mon don de voyance, je m’amuse à tirer les cartes à mon entourage.

Petits tests pour voir jusqu’où je peux aller sans faire d’erreurs dans mes interprétations.

Je me mets à étudier des jeux différents mais revient toujours à mon jeu de prédilection, le jeu classique de 32 cartes.

Je fréquente toujours mon amie « C ». Elle étudie aussi certains jeux mais sans résultats très probants.

Nous avons 16 ans et nous sommes attirées par tout ce qui touche au paranormal… Avec quelques ami(e)s, nous testons les séances de spiritismes (j’en reparlerai dans de prochains billets) qui nous foutaient bien la trouille ! Certains, pour se rassurer, préféraient dire que l’un d’entres nous faisait bouger le verre…

Je baigne donc, à cette époque, dans un climat de tentations et de peurs. Tenter de savoir et comprendre ce qu’il y a dans l’au-delà et peur de ne rien contrôler de ces séances, de voir et subir des choses qu’on aurait jamais dû demander à voir…

La mère de « C » consulte régulièrement une voyante. Une grand-mère qui vit dans la campagne profonde des Côtes d’Armor. Pas de rendez-vous, chacun vient voir cette dame et attend son tour dans sa cuisine qui ne désemplit pas.

Un jour,  » C » me dit qu’elle va voir cette voyante avec sa mère et me propose de venir avec elles. Histoire qu’elle confirme mon don en quelque sorte. Le jour est fixé, malheureusement au dernier moment j’ai un empêchement, je suis extrêmement déçue… Nous trouvons la solution d’une photo que je remets à « C ». Comme ça, même si je ne suis pas présente, la voyante pourra peut-être dire quelque chose à mon sujet.

Les jours passent, je ne pense plus vraiment à ce rendez-vous manqué. Mon amie m’en reparle le week-end suivant. Quand j’y repense, j’aurai dû tilter. Le fait de ne pas avoir de nouvelles de « C » dans la semaine aurait dû me mettre la puce à l’oreille vu qu’on ne passait pas un jour sans se téléphoner…

Elle commence à me raconter ce que cette dame lui a annoncé. « C » était impressionnée par les détails qu’elle avait eu et par cette consultation en général. Je vois bien qu’elle en parle avec un certain recul. Comme si elle n’osait pas tout me raconter. Je dois alors lui poser la question « Qu’à t’elle vu sur moi? »

« C » me raconte alors qu’elle a bien montré ma photo mais que la voyante en y jetant un simple coup d’oeil, lui a répondu, en reculant de sa chaise, « Non ! Je ne dirai rien sur elle ! Enlevez moi cette photo ! ». « C » et sa mère, ne comprenant pas une telle réaction, essaient d’ en savoir plus. La dame cherchant son calme, leur explique qu’en fait dans un flash, elle m’a vu en tant que « maître de séance ». Elle raconte qu’en effet, j’ai bel et bien un don, de voyance, mais aussi de médium, ce qui me permettrait de rentrer en contact avec l’autre côté. Le problème, c’est que je n’en ai aucun contrôle, aucune expérience et encore moins de protection. Elle met donc en garde « C » et sa mère « Cette jeune fille est comme moi ! Mais elle est capable du meilleur comme du pire ! ».

Je reste la bouche ouverte en écoutant « C » me raconter tout ça… Le coeur qui palpite un peu trop fort, une sorte de nausée…

« C » n’en a pas su plus sur ce : « Elle est capable du meilleur comme du pire ». J’ai constaté quelques mois plus tard, qu’en effet, j’avais un certain pouvoir sur l’autre monde et qu’il était temps que je prenne une décision. A savoir, quelle voie prendre? Celle du bien ou celle du mal…

Il me faudra malgré tout plusieurs d’années d’errances entre les forces du bien et du mal pour comprendre que ce don devait être mis au service des gens qui en ont besoin et non pour provoquer des choses qui doivent être faites naturellement.

Chaque action à son retour…Et le choc peut être fatal…

Je persiste à croire que le mal est bien plus puissant que le bien et qu’il faut le connaître pour essayer de le combattre… J’en ai aujourd’hui les cicatrices, mais je crois que je suis sur la bonne voie…

About Lithia