Ombres…

Depuis 2 jours j’ai un nouveau visiteur.

Cette familière sensation d’une présence qui rôde dans la maison.

Un parfum, féminin, qui court…

Un léger frisson qui me parcourt, cette ombre grise qui flotte à mes côtés.

Je tourne la tête, le temps de l’apercevoir un dixième de seconde avant qu’elle ne s’évapore…

Je n’avais jamais senti jusqu’à hier sa présence.

Qui est-elle ? Que me veut-elle ?

Une nouvelle âme à aider peut-être…

Vendredi 13

iStockphoto

Les vendredi 13… Je déteste ces jours là.

Depuis un certain vendredi 13 mars 1992. J’ai 14 ans et depuis le début de la semaine je ne suis pas du tout dans mon assiette. Mal au ventre, envie de vomir. Petit tour aux urgences, verdict, appendicite…

L’opération est prévue ce vendredi 13… Coïncidence ou pas, ma chambre porte le numéro 13 et l’intervention est prévu à 13 heures…

L’intervention est plus longue que prévue, le chirurgien a eu du mal a trouvé l’appendice. Il a du ouvrir plus grand. Je me souviens encore, 7 agrafes, 6 points…

Quelque chose déjà à l’époque ne tournait pas rond dans mon ventre…

Je me remets très difficilement de cette opération. Plus les jours passent, plus j’ai mal… Il y a quelque chose qui cloche.

Je rentre chez moi, quelques jours encore de convalescence puis le retour au collège. Ce matin de rentrée, je suis encore plus mal, n’arrive pas à me tenir droite. Puis là, un liquide coule le long de ma jambe et sort de mon pansement.

Mon père paniqué de voir tout ce pue, m’envoie aux urgences. Je revois encore les infirmiers me mettre sur un brancard et une aide soignante suivant le brancard avec sa serpillière…  Beaucoup trop d’agitation autour de moi, des ordres donnés, des gens qui courent. Moi à moitié dans les vapes…

Je vois arriver un médecin avec un coton tige de plus de 20 cm de long. Qu’est ce qu’ils vont faire avec ça ??? Là je me dis c’est un film d’horreur, ils ne vont pas faire ça. Non, moi consciente jamais ils le feront ! Obligé de m’attacher pour pas que je ne bouge, ce médecin appuie sur mon ventre tout meurtri et rouvre la cicatrice à vif. Pas d’anesthésie… Pas le temps, le pue est en train de passer dans le sang…

Puis je vois s’enfoncer ce coton tige dans mon ventre… Je n’ai pas vraiment mal mais je me demande comment un tel truc pouvait rentrer en totalité dans mon corps ?

Ensuite le trou noir, je me suis peut-être évanouie…

Je suis restée avec cette cicatrice de plus de 10 cm ouverte pendants des semaines pour que l’abcès se résorbe tout doucement… Pas de fils ni d’agrafes, juste quelques straps…

Mauvais souvenir auquel je repense à chaque fois que je regarde mon ventre…

Depuis je hais les vendredi 13. Il y a toujours une appréhension, une peur qu’il se passe quelque chose de grave.

Deuxième frayeur qui m’a marqué, un accident de la route.

Vendredi 13 Juin 1997. Je suis en voiture. Je m’arrête dans un virage pour laisser la voiture devant moi tourner dans une rue à gauche. Un bref regard dans le rétro pour apercevoir une voiture qui arrive très vite, beaucoup trop vite… Un millième de seconde plus tard c’est le choc… Moi à l’arrêt et cette voiture qui roulait à 120 km/h au lieu de 70… Le choc est violent !

Ma petite voiture est toute cassée, l’autre voiture aussi d’ailleurs ! Un petit jeune qui venait d’avoir son permis 2 semaines plus tôt…

Résultat des courses, traumatismes, une bosse sur le front, mal aux poignets, colonne vertébrale déplacée, inversée au niveau du cou, bref le coup du lapin classique… Hôpital, radio, minerve pendant plusieurs semaines.

Le conducteur de l’autre voiture, rien bien évidemment !

Je lui en ai tellement voulu ce jour là, j’avais tellement de haine pour ce jeune inconscient…

Je lis dans le journal 1 mois plus tard, accident mortel en sorti de discothèque. Monsieur intel, sorti de route, conduite trop rapide… Et paf.

Comme quoi son premier accident ne lui a pas servi de leçon, malheureusement…

Je n’aime pas les Vendredi 13…Alors je ne dis pas que tous les vendredi 13 sont catastrophiques mais bien souvent il m’arrive des trucs bizarre !

Par contre aujourd’hui, pour la première fois j’ai plutôt appris une bonne nouvelle. La tendance s’est peut-être enfin inversée ?

Je suis très superstitieuse, je suis peut-être trop en attente de l’événement mauvais qui pourrait se produire, je ne sais pas…Pourtant toutes les choses que j’ai vécu chaque vendredi 13 n’était pas prévisibles et encore moins rassurants… Je ne me dis pas non plus qu’il faut que je me terre chez moi ce jour là ! J’essaye de vivre ce jour comme un autre, avec je l’avoue, un petit besoin de protection quand même.

Et vous, comment vivez-vous ce jour ? Etes vous plutôt superstitieux ou est-ce un jour ordinaire ? Comment s’est passée votre journée ?

Bonne année !

La prophétie Maya

 

Je vous présente à tous et à toutes, mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année.

Que 2012 vous apporte ce que l’année précédente ne vous a pas donné.

Trouver sa moitié pour beaucoup d’entre vous, du travail pour d’autres, s’épanouir dans différents domaines, une bonne santé et surtout être heureux !

Cela sera encore un très grand plaisir pour moi de vous aider à trouver votre chemin tout au long de ce nouveau millésime.

Joyeux Noël !

Ca y est l’heure des vacances de fin d’années a sonné pour moi !

Quelques jours pour me ressourcer, en famille et entre amis.

Ne plus penser à l’autre monde, ne plus ressentir la vie des autres.

Partir, loin ! Changer d’air, un autre environnement apaisant et protecteur. Un petit cocon, un petit nid bien douillet où je pourrai me détendre et refaire le plein d’énergie.

Merci à vous, qui durant cette année 2011 m’avez suivi, encouragé et motivé lorsque j’avais des doutes… Merci aussi de votre confiance, je sais qu’entrer dans votre intimité n’est pas toujours évident…

Je vous souhaite de tout cœur un très joyeux noël !

Transe…

Il m’arrive de plus en plus souvent, lors de consultations de voyance, de ressentir les sentiments de la personne qui me demande de l’aide.

C’était déjà le cas lorsque j’avais la personne en face de moi. Rentrer dans son intimité, ressentir les douleurs, les souffrances du passé, du présent mais aussi les joies et les moments de pur bonheur.

Cela me provoque des frissons, la chair de poule, bien souvent une envie de pleurer… Que l’événement soit positif ou négatif, tout passe par ces larmes qui viennent sans que je les contrôle. Gênant lorsque la personne est assise en face de moi !

Mes consultations par mails étaient jusqu’à présent, plus étouffées dans les sentiments. Même si j’ai beaucoup de ressentis par rapport à certaines situations, j’arrivais à contrôler ses émotions. Puis en général, mes flashs restaient assez flou ou ne représentaient pas d’émotions particulières, en tout cas pas aussi fortes…

Jusqu’à présent…

Alors j’écris peut-être ce billet parce que je suis encore dans l’émotion… Je ne sais pas…

Cette après midi, je travaille sur une consultation par mail. Une voyance affective. Je commence à connaître la personne, elle vient me demander de l’aide de temps en temps.

Dès le début, cette personne m’a touché, troublée par cette sensibilité qu’elle dégage sur la photo qu’elle m’a envoyé.

Je commence donc ma consultation, tirage de tarots… Interprétation de la première lame, immédiatement une étrange sensation m’envahit, puis des phrases, des sons, des images, des lieux, des détails me sont apparus. J’ai rarement eu des flashs aussi nets et précis qu’aujourd’hui pour une voyance par mail…

On pourrait dire que mes ressentis sont dus au fait que je commence à connaître l’histoire de cette femme, mais cette transe que j’ai eu correspond à l’avenir et non au passé…

Les tarots ne m’étaient plus d’aucune utilité… Plus j’essayais de les interpréter, moins j’y arrivais et plus les flashs étaient puissants. Je n’ai pas eu d’autre choix que d’essayer de décrire à cette personne ce que je vivais en direct. Dans un sens j’aime avoir ce genre de flash qui me permets de décrire un lieu ou une situation sauf que là, je suis entrée directement dans son intimité, sa vie privée, sa vie émotionnelle et amoureuse…

Qui dit amour dit émotion, sentiment, passion, violence, douleur, souffrance… J’ai eu l’impression de vivre certaines scènes de sa vie privée à sa place… Quelque part je luttais pour ne pas franchir certaines limites, ne pas rester spectatrice et encore moins être actrice…

Entre ressentir cet amour si puissant, un amour qui nous prend aux tripes, qui nous donne des ailes, ce besoin de tout faire et de tout donner pour l’autre et cette façon à contrario de faire souffrir l’autre car on n’assume pas entièrement cet amour ou de faire souffrir l’autre de peur justement de le faire souffrir…

La complexité du sentiment amoureux…

J’ai envoyé cette prédiction dans un état second… Déconnectée de ma réalité, bouleversée d’être passée de l’autre côté… Des larmes dans les yeux et des sanglots dans la gorge…

Comment dois-je faire pour vivre avec ces sensations? Pour rester à ma place? Pour ne pas vivre la vie d’une autre? Même quelques secondes… Ce soir j’en ai encore des flashs mais je le ressens maintenant comme si je l’avais rêvé…

Cette intrusion s’est évaporée, restent les questions…

Groupe de prière Philadelphie « De Ligonnès »

Journal Libération

Ce matin, dans Le Parisien cet article :

http://www.leparisien.fr/faits-divers/l-etrange-groupe-de-priere-de-la-mere-de-dupont-de-ligonnes-28-11-2011-1742483.php

Le groupe de prière dont la fondatrice est Geneviève Dupont de Ligonnès a été entendu pour la première fois la semaine dernière… 7 mois après le drame !

Je vous laisse méditer !

Ma fée…

Ma fée

Je me lève ce matin avec le sentiment que je ne suis pas seule dans la chambre. Je ressens une toute petite présence nichée à côté d’une commode. Cette sensation me procure une certaine chaleur et un certain bien-être, ce qui m’apaise immédiatement. Je sais que je n’ai rien à craindre de ce petit être.

9h… Ma Fée boit son biberon sur mes genoux, assise sur le bord de mon lit, comme tous les matins.

Depuis quelques temps ma Fée demande à regarder son album photo. Elle reconnaît maman, papa, Caly (son chat), bref tout son entourage familiale… Puis quand elle se voit en photo, elle ne dit pas « Lily » mais « Bébé ».

Depuis tous les enfants qu’elle voit c’est « bébé ».

Il y a une photo d’elle posée sur une étagère dans la chambre.

Ce matin, sur mes genoux, elle me montre en pointant du doigt cette photo en disant « bébé ! ». Puis tourne la tête et pointe son doigt vers la commode en prononçant « bébé ! »… Elle me regarde, refixe le cadre « bébé ! » et me remontre du doigt l’angle du meuble « bébé ! ». Elle tend son biberon vers cet invisible petit être et se met à rire. Elle me regarde à nouveau et me redit encore une fois « bébé ! » tout en ayant son doigt pointé vers la commode, l’air de dire « maman, regarde le bébé, là ! » Ca va durer cinq bonnes minutes. Photo, commode, « bébé ».

Quelque part ce manège m’amuse. Je me dis encore une fois que ma Fée voit ce que beaucoup ne voit pas ou ne voit plus…

Depuis sa naissance, il y a trop de petits signes qui m’obligent à constater qu’elle a hérité d’un certain don. Je ne sais pas si elle va le garder. Avec l’âge les choses nous échappent…

Toujours est-il que ce matin, il n’y avait pas que moi à sentir cette petite présence blottie dans la chambre. Mais une fois ce manège fini, cette sensation s’est évaporée. Je n’ai aucune idée d’où venait cet esprit ni ce qu’il voulait mais je crois que ma Fée à réussi a l’aidé avec ses mots et ses gazouillis de petite fille de 20 mois…

L’effet miroir

http://lilifloria.blogspot.com/2009/03/message-posthume-de-lau-dela-sur-lapres.html

Un début de soirée tranquille, je consulte mes mails quand une étrange impression m’envahit. Un léger fluide froid qui passe et repasse dans la pièce.

Des frissons, une angoisse puis une marque qui apparaît sur l’écran de l’ordinateur. Ca ressemble à une goutte d’encre noire, qui coule. Un symbole se dessine sur cette goutte, on dirait un sceau. Je vois apparaître une couronne, un carré puis trois étoiles à l’intérieur de ce carré. Au milieu de ces étoiles un petit point. Je reconnais évidemment le blason de la famille Dupont De Ligonnès…

Alors il est clair qu’on pourrait penser que j’ai moi-même provoqué cette vision en ayant vu ce sceau sur la chevalière de Geneviève Dupont De Ligonnès lors de son interview télévisée.

Sauf que je me dis que je n’aurais pas senti ce petit vent froid dans la pièce et je n’aurais pas pu provoquer ce qui a suivi…

Je quitte la pièce, descend à la cuisine, et là tombe nez à nez avec une ombre noire. Une ombre d’environ 1m90 qui se tient au milieu de mon salon. Là je suis vraiment paniquée… Je me sens attaquée. Cette ombre reste figée, je pourrais même passer à travers, sauf qu’elle me fait peur, très peur. J’ai des frissons, la chaire de poule et une boule dans l’estomac. Même mes cheveux se hérissent et me font mal…

Cette ombre qui ne bouge pas ce n’est pas normal. J’ai rarement vu un esprit qui ne bouge pas. Aucun flottement, juste une grande tâche noire. Puis cette sensation d’être attaquée à distance, d’être épiée. C’est comme ci cette ombre n’était qu’un miroir. Un passage qui s’est ouvert. Une brèche dans l’espace temps. Une voix dans ma tête qui me dit « faites attention où vous mettez les pieds, nous avons plus de connaissances et plus de pouvoir que vous ».

Je crois que mon dernier billet a provoqué quelque chose… Comme si certaines personnes se sont senties en danger par ce que j’ai dit. Si j’analyse la phrase que j’ai entendu, ils seraient plusieurs… Des personnes qui pratiquent des rituels puissants, pour être capable de m’atteindre comme ils l’ont fait hier soir.

Je suis remontée presque en courant, avec mon sel. Mon mari s’étonnant de me voir mettre du sel un peu partout ! Il a vite compris qu’il se passait quelque chose… Puis ce froid…

Je me suis couchée, serrant mes pierres de protection de toutes mes forces. Je sentais des présences derrière la porte, incapable de pouvoir franchir le seuil. Je pensais à ma fille, dans la chambre voisine, pourvu qu’ils l’a laissent tranquille…Puis le silence, la chaleur… cette sensation de paix et de protection. Je finis par m’endormir sereine…

Ce matin, je me suis dis qu’heureusement je sais me protéger. Ce genre de phénomène aurait pu mal se passer…

Mon mari vient de me parler d’hier soir. Il a aussi senti quelque chose de bizarre, ce froid d’un coup, et des murmures qui venaient de très loin, très répétitifs, psalmodiques…

Il me demande de ne pas me laisser intimider par ces gens et je n’en ai vraiment pas l’intention !

Geneviève Dupont de Ligonnès

photo http://img.fotocommunity.com/photos/14317776.jpg

Ce soir, je dîne en regardant les infos de 20h. Présentation des titres…
La mère de Xavier Dupont De Ligonnès va pour la première fois s’exprimer devant un journaliste.
Là tout de suite, ça m’intérésse !
Que va t-elle dire? J’attends avec impatience ce reportage.
Le journaliste explique qu’ elle désire que son visage reste dans l’ombre, pour préserver sa vie privée. Soit…
L’interrogatoire commence, les questions bateaux : « Pensez vous qu’il soit vivant? » « Pensez-vous que votre fils soit coupable? » « Reviendra t-il un jour? » « Et si c’est le cas que feriez vous? »
Les réponses, tout autant bateaux, « Je suis absolument persuadée qu’il n’a pas mis fin à ses jours, Xavier n’était pas succidaire » « Je suis très choquée de l’assassinat moral de la personne de mon fils » « Il n’est absolument pas coupable, je suis formelle là dessus, je n’ai jamais pensé une seconde qu’il soit responsable de gestes pareils »
Geneviève, cherchant ses mots pour éviter de prononcer le mot « massacre ». Il est clair que dire « de gestes pareils » est plus facile que d’admettre la vérité, c’est bien d’un massacre dont il est question.
Quant à sa reflexion sur l’assassinat moral dont a fait l’objet son fils, je ne sais même pas comment exprimer ce que je ressens. Et la famille d’Agnès dans tout ça?
Elle continue en soulignant quelques qualités de sa personnalité « Mon fils est quelqu’un qui pense aux autres avant de penser à lui » « Il aimait trop ses enfants » Puis enchaîne sur le sujet de la secte, en essayant de justifier ses croyances et ses actes.
A la question du journaliste « Aurait-il pu être embrigadé? » elle répond en rigolant « C’est un être très indépendant, alors être embrigadé par sa mère…Ca me paraîtrait complétement farfelu ».
Là dessus, je lui donne raison. Je pense que la religion est quelque chose que Xavier a fui, alors ce faire embrigader par sa mère, je n’y crois pas.
A la question : « S’il vous apelle demain vous lui dites quoi?  » Madame Dupont de Ligonnès répond d’un ton très affirmatif  « Aucune chance que j’ai des nouvelles de lui » et continue sur la voie « Je ne sais pas où il est, je ne sais pas s’il est en vie ».
Si on reprend cette affaire, on sait que Xavier a traversé plusieurs villes, s’est arrêté déjeuner et a dormi dans différents hotels, s’est fait voir à certains endroits en regardant bien les caméras.
Pourquoi Geneviève dit-elle, avec ce ton, si affirmatif, qu’il ne donnera plus jamais de nouvelles?
Une mère ne dit pas ça… Une mère reste avec l’espoir de revoir un jour son enfant, peu importe l’âge qu’il a…Une mère attend chaque jour, chaque minute et chaque seconde un petit signe qui la rassurera. Une mère ne peut pas faire une croix sur son enfant…
Qu’il soit coupable ou inoncent, non, une mère ne peut pas.
Je suis choquée par cette dernière phrase de Geneviève Dupont de Ligonnès…
Ce reportage va peut-être me permettre de rêver, d’avoir des indices ou même d’avoir la visite d’Agnès?
Encore une fois il s’agit de mes ressentis personnels, c’est peut-être ce dont j’avais besoin pour avancer dans cette affaire.

La demoiselle au tableau

Illustration : http://www.darekkocurek.com/en/gallery/image/rose-madder

La nuit dernière j’ai rêvé.

Un rêve comme j’en fait des fois, qui retrace une certaine réalité, où se mêlent des personnages de mon entourage et des faits passés.
Un rêve qui signifie quelque chose, qui me laisse des indices.
Un rêve rempli de signes.
Un rêve qui me laisse des traces…
Un rêve qui ressemble à un voyage astral tellement c’est puissant en émotions.
L’impression d’avoir été présente dans cette séquence.
Une femme, qui dort paisiblement quand elle est réveillée par une lumière qui s’agite au dessus de sa tête.
Une lumière grise, parme, un peu comme une aura. Cette lumière flotte autour d’un tableau qui est accroché au mur de la chambre, au niveau de la tête de lit.
Cette femme, dans un demi sommeil regarde cette lumière qui enveloppe le tableau puis se sent attirée vers elle.
Une attirance de plus en plus puissante, comme si le tableau voulait l’absorber… Comme si une main voulait l’attirer à l’intérieur.
Je la vois qui lutte, qui crie et qui pleure. Elle commence à disparaître dans ce tableau quand son ami se réveille à son tour et la rattrape.
Puis cette musique tout au long de cette scène. Ça ressemble à une chanson de boîte à musique. Une chanson douce, qui nous rappelle notre enfance.
Et moi, j’étais là, j’observais la scène sans pouvoir dire quoi que ce soit, sans pouvoir réagir. Je voulais bouger, envoyer ce tableau valser pour que ça s’arrête… Mais je n’y arrivais pas. Ma place n’était pas là. Je suis juste l’intermédiaire…
Une discussion s’ensuit, des pleurs, des interrogations, des réponses presque trouvées.. enfin inconsciemment…
Mon rêve s’arrête.
J’ai plusieurs indices dans ce rêve, en connaissant la demoiselle au tableau. Des évidences, des avertissements, des décisions à prendre.
Comment expliquer ce rêve à la personne concernée? Comment trouver les bons mots en sachant une partie de sa vie et de son passé?
Comment faire comprendre qu’il faut qu’elle se laisse aller, qu’elle ose enfin se dire la vérité? Ouvrir les yeux sur des choses douloureuses, qu’elle a mis trop longtemps dans un coin de son esprit et qui essaient de ressortir de plus en plus souvent?
Pas facile… Faire un premier pas, laisser une petite porte ouverte, pour connaître enfin la délivrance…
Powered by WordPress | Buy New Free Nextel Phones Online. | Thanks to Online CD Rates, Free MMORPG Games and Vector Graphics