11 janvier…

©cranach - stock.adobe.com

Aujourd’hui, 11 janvier 2019… Cela fait 3 ans que je haïs les 11 janvier…

3 ans que tu as rejoint les anges, dans un Paradis que j’espère bien blanc pour toi aujourd’hui.

Dans un Paradis où tu ne souffres plus, un Paradis bien doux où ne se mêle plus que sérénité, paix et bienveillance.

Je sais que tu veilles sur nous tous, que tu puises dans ton énergie pour nous emmener dans les meilleures directions.

Ta présence sur cette Terre me manque toujours autant depuis cette foutue date du 11 janvier 2016…

J’aimerai ressentir ta présence plus souvent, continuer à entendre le fauteuil en rotin qui craque, voir ton ombre lumineuse dans un coin de la pièce, mais je sais que je ne suis pas la seule à avoir besoin de toi. Tu dois en avoir du boulot de là-haut !

Ou peut-être dois-je lâcher prise, accepter de te laisser partir, pour de bon… Mais ça, je ne suis pas encore prête. Encore trop de colère, de sentiments d’injustice.

Combien de temps dure cette douleur ? Pour combien de temps encore cette date s’affichera dans ma tête comme un signal d’alarme qui sonne trop fort ? Faut-il apprendre à vivre avec ? Faire celle qui va bien alors que ce n’est pas le cas ?

Si tu as les réponses je veux bien un petit signe…

Je t’envoie un baiser que tu réceptionneras en plein vol, je l’espère…

Le tueur en scooter

AFP/THOMAS BREGARDIS

J’écoute les informations ce soir là, jeudi 15 mars. Deux militaires tués à Montauban par un homme qui s’enfuit en scooter. Encore un drame mais ce soir là, pour moi, c’est une info comme une autre…

Puis vient cette interview, quelques jours plus tard, de cette femme qui dit avoir été bousculé par le tueur. Elle parle d’une marque ou d’une cicatrice sur le visage de cet homme. Et là c’est le flash. Je vois un homme blanc, de taille moyenne, assez corpulent, le visage rond, les cheveux bruns, les yeux noisette avec une pointe de vert et cette marque sous l’œil gauche. Un tatouage en forme de larme… Un tatouage à l’ancienne qui vire au bleu.

Pour moi c’est le début de flashs successifs, ce tatouage je le vois comme si je zoomais sur cette joue, puis un prénom : Roland. Un homme, d’environ 35 ans peut-être légèrement plus.

Je le sens marginal, complètement en dehors de la réalité, abusant d’alcools et/ou de drogues.

Maintenant je ne sais pas si ces flashs me sont venus parce que j’ai entendu cette femme le décrire physiquement, quoi qu’elle ne donne pas tous ces détails… Toujours est-il que ce sont les mots « cicatrice, tatouage » qui m’ont fait réagir.

Je ne sais pas si ces visions ont un quelconque rapport avec cette fusillade, mon état d’esprit du moment étant perturbé par d’autres manifestations chez moi…

J’attends donc d’en savoir plus, en espérant que la police arrive rapidement à mettre la main sur cet homme. Je suis curieuse de connaître la suite !

Bonne année !

La prophétie Maya

 

Je vous présente à tous et à toutes, mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année.

Que 2012 vous apporte ce que l’année précédente ne vous a pas donné.

Trouver sa moitié pour beaucoup d’entre vous, du travail pour d’autres, s’épanouir dans différents domaines, une bonne santé et surtout être heureux !

Cela sera encore un très grand plaisir pour moi de vous aider à trouver votre chemin tout au long de ce nouveau millésime.

Joyeux Noël !

Ca y est l’heure des vacances de fin d’années a sonné pour moi !

Quelques jours pour me ressourcer, en famille et entre amis.

Ne plus penser à l’autre monde, ne plus ressentir la vie des autres.

Partir, loin ! Changer d’air, un autre environnement apaisant et protecteur. Un petit cocon, un petit nid bien douillet où je pourrai me détendre et refaire le plein d’énergie.

Merci à vous, qui durant cette année 2011 m’avez suivi, encouragé et motivé lorsque j’avais des doutes… Merci aussi de votre confiance, je sais qu’entrer dans votre intimité n’est pas toujours évident…

Je vous souhaite de tout cœur un très joyeux noël !

Groupe de prière Philadelphie « De Ligonnès »

Journal Libération

Ce matin, dans Le Parisien cet article :

http://www.leparisien.fr/faits-divers/l-etrange-groupe-de-priere-de-la-mere-de-dupont-de-ligonnes-28-11-2011-1742483.php

Le groupe de prière dont la fondatrice est Geneviève Dupont de Ligonnès a été entendu pour la première fois la semaine dernière… 7 mois après le drame !

Je vous laisse méditer !

Geneviève Dupont de Ligonnès

photo http://img.fotocommunity.com/photos/14317776.jpg

Ce soir, je dîne en regardant les infos de 20h. Présentation des titres…
La mère de Xavier Dupont De Ligonnès va pour la première fois s’exprimer devant un journaliste.
Là tout de suite, ça m’intérésse !
Que va t-elle dire? J’attends avec impatience ce reportage.
Le journaliste explique qu’ elle désire que son visage reste dans l’ombre, pour préserver sa vie privée. Soit…
L’interrogatoire commence, les questions bateaux : « Pensez vous qu’il soit vivant? » « Pensez-vous que votre fils soit coupable? » « Reviendra t-il un jour? » « Et si c’est le cas que feriez vous? »
Les réponses, tout autant bateaux, « Je suis absolument persuadée qu’il n’a pas mis fin à ses jours, Xavier n’était pas succidaire » « Je suis très choquée de l’assassinat moral de la personne de mon fils » « Il n’est absolument pas coupable, je suis formelle là dessus, je n’ai jamais pensé une seconde qu’il soit responsable de gestes pareils »
Geneviève, cherchant ses mots pour éviter de prononcer le mot « massacre ». Il est clair que dire « de gestes pareils » est plus facile que d’admettre la vérité, c’est bien d’un massacre dont il est question.
Quant à sa reflexion sur l’assassinat moral dont a fait l’objet son fils, je ne sais même pas comment exprimer ce que je ressens. Et la famille d’Agnès dans tout ça?
Elle continue en soulignant quelques qualités de sa personnalité « Mon fils est quelqu’un qui pense aux autres avant de penser à lui » « Il aimait trop ses enfants » Puis enchaîne sur le sujet de la secte, en essayant de justifier ses croyances et ses actes.
A la question du journaliste « Aurait-il pu être embrigadé? » elle répond en rigolant « C’est un être très indépendant, alors être embrigadé par sa mère…Ca me paraîtrait complétement farfelu ».
Là dessus, je lui donne raison. Je pense que la religion est quelque chose que Xavier a fui, alors ce faire embrigader par sa mère, je n’y crois pas.
A la question : « S’il vous apelle demain vous lui dites quoi?  » Madame Dupont de Ligonnès répond d’un ton très affirmatif  « Aucune chance que j’ai des nouvelles de lui » et continue sur la voie « Je ne sais pas où il est, je ne sais pas s’il est en vie ».
Si on reprend cette affaire, on sait que Xavier a traversé plusieurs villes, s’est arrêté déjeuner et a dormi dans différents hotels, s’est fait voir à certains endroits en regardant bien les caméras.
Pourquoi Geneviève dit-elle, avec ce ton, si affirmatif, qu’il ne donnera plus jamais de nouvelles?
Une mère ne dit pas ça… Une mère reste avec l’espoir de revoir un jour son enfant, peu importe l’âge qu’il a…Une mère attend chaque jour, chaque minute et chaque seconde un petit signe qui la rassurera. Une mère ne peut pas faire une croix sur son enfant…
Qu’il soit coupable ou inoncent, non, une mère ne peut pas.
Je suis choquée par cette dernière phrase de Geneviève Dupont de Ligonnès…
Ce reportage va peut-être me permettre de rêver, d’avoir des indices ou même d’avoir la visite d’Agnès?
Encore une fois il s’agit de mes ressentis personnels, c’est peut-être ce dont j’avais besoin pour avancer dans cette affaire.

Troy Davis

Plus que quelques heures à vivre pour cet homme de 42 ans.

Ce soir à 19h il recevra l’injection mortelle, qui le conduira je l’espère, dans un monde meilleur.

Je me pose une question. Où va une âme qui a subit ce genre de traitement? Paradis? Enfer? Entre nos deux mondes?

Cette affaire n’est pas si simple puisque Troy Davis est accusé d’avoir assassiné un policier blanc mais l’arme n’a jamais été retrouvée, aucunes empreintes ni ADN n’ont été relevées…

Et s’il était innocent?

Un doute, un tout petit doute qui pourrait tout changer…. Est-ce trop tard? Plus que 9 h 20…

J’ai bien envie de vérifier ce doute, mais qu’est ce que ça changerait? Ma conscience? Moins de culpabilité si le pendule me dit qu’il est coupable? Une sensation d’énorme injustice s’il est innocent?

Allez je teste quand même, c’est plus fort que moi.

Troy Davis est-il innocent? La réponse est oui… Et maintenant je fais quoi? Je n’ai pas envie de chercher plus. Je me sens tellement impuissante… Un dégoût dans la bouche et le cœur serré.

Pleins de choses se mêlent dans ma tête. Je pense à sa famille, à ce que lui même peut ressentir, à ce policier et à sa famille…

Comment peut-on condamner à mort une personne quand on est pas totalement sûr à 100% qu’il soit coupable? Ça me dépasse…

J’espère sincèrement qu’il se passe quelque chose durant ces prochaines heures qui arrête ce processus. Juste pour être sûr, approfondir certains détails qui ne collent pas…

Si ce n’est pas le cas, monsieur Troy Davis, je vous souhaite être en paix, de trouver un endroit où l’injustice des hommes n’existent pas…

Powered by WordPress | Buy New Free Nextel Phones Online. | Thanks to Online CD Rates, Free MMORPG Games and Vector Graphics